Présenter un sujet de recherche de façon intelligible pour un public non-averti en seulement trois minutes et avec l’appui d’une seule diapositive… 12 candidats ont relevé le défi lors de la finale régionale de Ma thèse en 180 secondes, qui s’est tenue à l’université du Havre le 31 mars. Cet exercice de vulgarisation scientifique est organisé conjointement par la délégation Normandie du CNRS et Normandie Université.

Le concours va bien au-delà du simple exercice de style. Traduire des données scientifiques, méthodologiques, techniques en quelques mots nécessite maîtrise, rigueur et prise de recul. Et le chronomètre est sans appel : les candidats risquent l’élimination si leurs propos vont au-delà du temps imparti. Un jury composé de six personnes, présidé par Michel Bussi, professeur des universités et auteur de romans policiers, a évalué la pertinence des exemples, la clarté de l’exposé et l’originalité de la mise en contexte.

Sérine protéases et physiopathologie de l’unité neurovasculaire (UMR-S 919), GMPC (EA 4259), OERECA (EA 2608), CRISMAT (UMR 6508)… Cinq doctorantes ont représenté l’université de Caen Normandie lors de cette finale régionale.

C’est Aurélien Quillet qui a remporté cette troisième édition, succédant à Marion Denorme et Paul-Etienne Kauffman. Doctorant en biologie cellulaire à l’université de Rouen Normandie, il a fait l’unanimité en remportant le prix du jury et le prix du public. Il représentera la Normandie lors de la finale nationale qui se tiendra à Bordeaux le 31 mai. Et accèdera peut-être à la finale internationale au Maroc, en septembre 2016.

http://recherche.unicaen.fr/actualites/finale-regionale-de-mt180-614499.kjsp?RH=1273670481635